Depuis quelques années, la mode masculine n’a cessée d’être le théâtre d’importantes mutations au niveau des corps mis en scène à travers les figures du mannequinât. Le terme « mutation » est employé à dessein puisqu’il signifie, par son étymologie latine mutare, le changement de peau ; il semblerait en effet que l’homme, pris dans sa singularité de sexe, soit en train de véritablement modifier son enveloppe charnelle, révélant par là même une corporéité nouvelle. Ce passage du corps-sujet de l’homme au corps-objet, notamment dans les médias, a suscité une transformation d’un corps masculin dur et viril vers un corps davantage androgyne.
Dans le souci de comprendre au mieux les corporéités masculines en gestation, l’ambition des recherches déjà amorcées visait à saisir les représentations du genre masculin, qu’il s’agisse des modèles de représentation (et d’identification) du masculin dans les médias ou des représentations sociales que les hommes se font de leur masculinité. L’étude et la compréhension de cet objet s’inscrit dans la lignée d’études sur le changement postmoderne théorisé par Michel Maffesoli et découle d’observations et de réflexions sur la mode masculine médiatisée, analysées sous l’angle de la méthodologie durandienne de l’imaginaire. L’application de cette méthodologie aboutit à une mythanalyse des images et des symboliques agissantes dans le « monde imaginal » (Henry Corbin) des représentations du masculin.
«DébutPrécédent12SuivantFin»
Page 2 sur 2

Credits: Website powered by Livod - Logo & Print by Agence Propaganda - Copyright © 2008 - 2015 Tendance Sociale.