Jeudi, 22 Septembre 2011 15:25

The Shoe Issue

Écrit par  Emilie Coutant

Le second numéro du Magazine Antidote intitulé "The Shoe Issue" est en kiosque depuis aujourd'hui. Fidèle à la trame de son premier opus sur le Denim, la revue est composé de textes sublimes et pertinents décryptant cet objet de fascination, de collection, de désir et de fantasme, la chaussure. L'ensemble est illustré par de magnifiques clichés de Giampaola Sgura mettant en scène le fétiche et la nudité féminine et masculine.  Quelques extraits à découvrir ci-dessous...

MAGAZINE ANTIDOTE MAGAZINE ANTIDOTE

"Tantôt pour prendre de la hauteur, tantôt pour gagner en confiance, divins sont ces objets que nous chaussons, et qui viennent majestueusement protéger, magnifier, nos pieds négligés. Le choix profond et réfléchi de l’ornement symbolise alors ce qui tient de l’intime. Depuis son invention et même si son dessein a évolué depuis lors, les chaussures nous portent et nous supportent sans dire mot. C’est à cet accessoire de mode d’une importance fondamentale que nous avons dédié cet Antidote.

Giampaolo Sgura, artiste invité de ce numéro spécial, est un photographe de mode dont le travail est apprécié à travers le monde. Son oeil précis et passionné lui permet, en effet, d’exprimer avec justesse son amour proclamé de l’élégance classique. Héritage d’une culture italienne, sa vision de la femme est un mélange de sensualité, de féminité et de glamour. L’homme quant à lui, est masculin, viril et protecteur. Enthousiaste et généreux, Giampaolo n’a pas manqué d’énergie et de spontanéité dans la réalisation de cet ouvrage consacré à la chaussure dont il a su en revendiquer toute la beauté."

MAGAZINE ANTIDOTE

Chapitre 1

Les fantasmes du cordonnier : bien plus qu’un fantasme de cordonnier, le talon haut est une institution. Aucune femme ne peut nier le pouvoir de cet accessoire qui lui fait prendre de la hauteur. Jeunes filles aux plumes : à travers une discussion agrémentée de souvenirs et confidences, Christian Louboutin nous dévoile ici sa perception de la femme et le rapport qu’il entretient avec elle. Cette icône ma muse : objet de collection et de désir, la chaussure traverse le temps, les saisons et les âges en se renouvelant sans cesse, et alors que les cycles de mode vont en s’accélérant, certaines paires sont, elles, indémodables. La chaussure, une icône ?

MAGAZINE ANTIDOTE

Chapitre 2

Le syndrome de Cendrillon : quand Charles Perrault écrit « Cendrillon et la pantoufle de verre » en 1697, se trompe-t-il ? Celle-ci était en « vair », car le verre n’est de fait pas suffisamment solide pour supporter le poids d’un corps. Symbole d’une union pure et naïve ou simple erreur de syntaxe ? Prendre son pied : la chaussure est passée très rapidement d’un statut d’objet utile à objet de désir. Mais au-delà du plaisir de posséder ou de porter une paire de chaussures – de par son esthétisme, son extravagance ou sa valeur –, il existe une forme d’addiction bien plus complexe, le fétichisme de la chaussure. Une question de design : la chaussure est une œuvre artistique à part entière, se réclamant de toutes les disciplines de la création contemporaine. À travers l’expertise de Mathieu Lehanneur, célèbre designer français, nous allons mettre en lumière ici, les qualités sculpturales de la chaussure, en tant qu’objet de design pur. La botte italienne : Giuseppe Zanotti ou le créateur adoré de ces dames. Entretien avec le symbole parfait de la chaussure à l’italienne.

MAGAZINE ANTIDOTE

Chapitre 3

Nos chers souffrants : maltraités, oubliés, négligés, nos pieds sont les seuls martyrs de nos désirs d’esthétique, à l’image de la danseuse classique, qui, elle, personnifie avec élégance la torture de la performance. Juliette au balcon : du haut de son blacon, Juliette observe avec attention la condition «inhumaine» de la chaussure… Pedem morphos : sublime et divin, le pied fait partie de ces symboles culturels, historiques et mythologiques. Utilisé dans l’Iliade d’Homère ou comme sujet d’étude pour définir les moments clefs de l’évolution humaine, cette merveilleuse combinaison délicate nous permet, avant tout, d’effectuer 7000 pas par jour. Dessins d’enfants : enfant, Pierre Hardy dessinait dans les marges de ses cahiers ses premières chaussures. Aujourd’hui, le créateur souhaite offrir aux femmes et aux hommes dont il habille les pieds bien plus qu’un simple ornement.

MAGAZINE ANTIDOTE

Chapitre 4

L’excellence franco-suisse : « Je voulais absolument aller à Paris, ouvrir ma boutique, avoir mes propres clientes, dessiner mes propres chaussures et les fabriquer dans l’arrière-boutique. Je voulais faire du très haut-de-gamme. » Walter Steiger. Collection particulière :collectionner, c’est aussi peut-être vouloir séduire. Un nouvel élément, une nouvelle tentation. Une rencontre impromptue qui peut à elle seule modifier l’équilibre entre chacun des objets d’ores et déjà acquis. Je suis toutes les femmes : derrière le succès de la marque Jimmy Choo se cache le talent d’une femme de cœur et de passion. Tamara Mellon ou le portrait d’une femme qui a plus d’un atour dans son sac. Tout sur ma paire : la sneaker, qui n’est autre que le sobriquet de la basket à usage citadin, est un véritable phénomène dans le microcosme de la chaussure. Lumière sur le parcours de nos ingrates tennis, devenues aujourd’hui objet de luxe.

http://www.magazineantidote.com/

SOIREE MAGAZINE ANTIDOTE

 

Laissez un commentaire

Credits: Website powered by Livod - Logo & Print by Agence Propaganda - Copyright © 2008 - 2015 Tendance Sociale.