Lundi, 14 Avril 2014 15:33

Le corps: un médium de débat public par Orlan

Écrit par  Ambre de St Denis
ORLAN  (Mireille Suzanne Francette Porte), est une des artistes plasticienne françaises de renommée Internationnale vivant entre Paris, new York et Los Angeles, elle est venue le 8 avril dernier à Angers pour une conférence intitulée "Repousser les frontières de la création (et du politique ?) : la performance artistique". Le compte-rendu ci-dessous nous est livré par notre nouvelle chargée de projets/veille/communication digitale, Ambre de St Denis (Université angers - Master Marketing et Management de la mode), en stage chez Tendance Sociale jusqu'en juillet.
 
Orlan. Ambre de St Denis El Youbi. Tendance Sociale 2014
 
 
UN RAPPORT AU CORPS EN « DÉSA-CORPS» AVEC LES PRESSIONS SOCIALES
 
Surtout connue et reconnu pour ses performances artistiques qui allient chirurgie esthétique et art plastiques, ORLAN exerce un travail sérieux sur le statut du corps dans la société, ainsi que sur les systèmes de représentation qu’il s’exerce en tant que corps humain et corps d’œuvre d’art.
 
UN ART ANTICONFORMISTE QUI RÉVEILLE LES SENS ET ÉVEILLE LES CONSCIENCES.
 
Son œuvre se situe dans divers contextes provocateurs, légitimée par son engagement personnel. Elle s'exprime à travers différents supports: peinture, sculpture, installations, performance, photographie, images numériques, biotechnologies.
Dès les années 1960, Orlan interroge le statut du corps et les pressions politiques, religieuses, sociales qui s'y inscrivent. Son travail dénonce la violence faite aux corps et en particulier aux corps des femmes, ce qui l'engage dans un combat féministe.
Entre 1990 et 1993 elle réalise son manifeste de "l'art charnel" (Carnal Art Manifesto) suivi d'une série d'opérations chirurgicales - performances. Avec cette série, le corps de l'artiste devient un lieu de débat public. Ces opérations chirurgicales largement médiatisées, ont provoquées une vive polémique, bien qu'elles ne représentent qu'une infime partie de son œuvre intégrale. « L’Art Charnel affirme la liberté individuelle de l’artiste et en ce sens il lutte aussi contre les apriorismes, les diktats ; c’est pourquoi il s’inscrit dans le social, dans les médias (où il fait scandale parce qu’il bouscule les idées reçues). » http://www.orlan.eu/texts/
 
Son corps est l’instrument privilégié qui se joue de notre propre rapport à l'altérité.
 
ORLAN EXPLORE ÉGALEMENT L'UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS LE DOMAINE DES ARTS.
 
En 1982 : elle crée le premier magazine en ligne d'art contemporain avec Frédéric Develay , Art-Accès-Revue, sur minitel.
Entre 1990 – 2000 : l'artiste, par le biais de la photographie numérique et des logiciels de retouches infographiques, hybride des visages de cultures différentes (amérindiens, pré-colombiens, africains).
A travers son projet les Self-Hybridations, ORLAN travaille sur la remise en question de l’identité culturelle occidentale, ou sur la mise en perspective de la coexistence identitaire interculturelle.
L’artiste élargie les frontières de l'art contemporain en utilisant les biotechnologies pour créer une installation intitulée Manteau d'Arlequin, faite à partir de cellules de l'artiste et de cellules d'origines humaine et animale.
En 2013 : Elle reçoit le grand prix de l'e-Réputation : catégorie arts plastiques, qui récompense les personnalités les plus populaires sur internet, aux côtés de Philippe Starck et Yann Arthus-Bertrand.
 
 
REPOUSSER LES FRONTIÈRES DE LA CRÉATION (ET DU POLITIQUE) :
LA PERFORMANCE ARTISTIQUE. PAR ORLAN
 
Dans le cadre du cycle de conférences des « MARDIS DE CONFLUENCEs » organisées à la Fac de lettres, langues et sciences humaines d’Angers, ORLAN est venue faire partager son travail et sa vison sur le corps de la femme comme lieu de création et de performance artistique. Tout au long de son intervention, cette féministe engagée, pause la question du genre identitaire au coeur de son travail. « Je suis un femme et une homme »
La performance n’est  qu’un des aspects de son art, mais le corps : SON CORPS, en est l’outil de médiation centrale. Son objectif est de dénoncer le statut du corps dans la société via les pressions sociales qui s’impriment dans les corps et dans les chairs. L’essence de ses travaux est le fruit d’une idée, puis l’enjeu est d’en trouver la bonne matérialité pour représenter/transmettre son idée. Ainsi son intérêt aux matériaux et aux nouvelles technologies n’intervient que dans un second plan. ORLAN ne se positionne pas du côté de l’artisanat de l’art : son objectif est de Voir et de penser différemment : Faire d’un petit rien un empêcheur de tourner en rond…Pour faire basculer les idées reçues.« Tourner autour de ce que nous sommes (…)» C’est  ce qui l’a poussé à produire des images via la photographie : « La photo ne révèle rien, elle permet d’avoir à un instant T quelque chose qui « tourne autour de nous ».
 
Femme avec tête. performance réalisée à Londre avec un magiciens pour faire disparaitree son corprs. Orlan 1996. Ambre de St Denis El Youbi pour Tendance Sociale 2014
 
Dans son premier projet « Tentative pour sortir du cadre », elle représente les tentatives du corps de la femme de s’affranchir du cadre.
 
Le cadre : reflet du conditionnement de la société occidental, représente l’endroit de formatage pour l’artiste et la femme, qu’elle tente de bousculer, traverser, casser. Pour l’artiste l’importance est :« D’avoir une conscience de son propre landscape, afin de pouvoir jouer avec. »
 
 
Le corps : est-il une camisole sociale ? Une source de rébellion identitaire personnelle ?
Comment s’accepter soi-même ? Comment s’adapter aux codes de la société ?
 
Son message à travers ce projet est de briser les « limites » que l’on nous impose, pour s’imposer ses propres limites. Mais le cadre, dans le fond plus que dans la forme, n’est-il pas tout simplement le Corps ? Et plus particulièrement celui de la femme ? …S’imposer ses propres limites, revient à s’adapter aux limites de la société ? Un débat sur la question du genre identitaire et de l’intégration sociale, entre acceptation et adaptation.
 
« Prendre l’Art avec légèreté et humour : sinon on ne s’en sort pas. Un conseil d’artiste : Prendre le risque de ne pas être accepté.(…) Le corps est un brouillon pour le futur. (…) Est-ce que m’on corps m’appartient réellement ? ».
 
La majorité de ses œuvres sont des images construites sur le « ET» : Le bien & le mal, le paradis & l’enfer, le réel & le faux, Homme & Femme, le corps & la chirurgie…
 
Pourtant ce qui oppose, (r)assemble aussi ? Sans lUn, lAutre nexiste pas
 
«Le Drapé-le Baroque ». © Orlan 1983. Ambre de St Denis El Youbi pour Tendance Sociale 2014
 
LA CHIRURGIE UN CORPS DE PERFORMANCE
 
Pourquoi la chirurgie en tant qu’outil de performance ? « Les transplantations chirurgicales : c’est de mettre de la figure sur mon visage. (…) L’hybridation et l’art charnel, oscillent entre défiguration et configuration. Le Corps modifiéest devenu lieu de débat public .»
 
Tous les projets qui ont rythmé la vie d’ORLAN témoignent de son engagement  et participent à la construction de sa singularité :
 
« ORLAN ACCOUCHE D’ELLE-M’AIME » © Orlan Ambre de St Denis El Youbi pour Tendance Sociale 2014
 
 
 
 

 

 
 

 

Laissez un commentaire

Credits: Website powered by Livod - Logo & Print by Agence Propaganda - Copyright © 2008 - 2015 Tendance Sociale.