Mercredi, 19 Octobre 2011 15:32

L'ivresse Guerlain

Écrit par  Emilie Coutant

"Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse."

 Guerlain ivresse Guerlain ivresse Guerlain ivresse

Extrait de La Coupe et les Lèvres, ce célèbre vers romantique d'Alfred de Musset donne le ton à cette exposition, qui propose une vision poétique, artistique mais aussi mécanique de l’ivresse. En marge de la FIAC, la maison Guerlain organise en ses murs une magnifique exposition dédiée à cette mélodie à compter d'aujourd'hui et jusqu'au 14 novembre prochain.  Thème ô combien chanté par les arts et les lettres depuis les temps les plus anciens! On songe à l'ivresse divine des fêtes antiques dédiées à la vénération de Dionysos ou encore à l'ivresse thérapeutique de Charles Baudelaire: "il faut être toujours ivre (...) pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve."

 Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse

Quête – Envahissement – Envol – Apogée – Euphorie – Redescente – Désenchantement – Trace…

Assumant un parti prix analytique et chronologique, l'exposition dépasse la simple évocation de l'euphorie au proposant au spectateur d'interpréter ou de réinterpréter les oeuvres en suivant l'ivresse des sens dans son cheminement. Telle une vague qui enfle puis se déroule, tantôt rapide, tantôt douce, avant de s'échouer sur la grève puis mourir en refluant, les oeuvres présentés proposent d'illustrer ke phénomène. Sa naissance discrète et excitante. Son apogée, un moment d'éternité pourtant éphémère (terreur, admiration, jouissance...). Puis la vague retomb, c'est la fin du rêve (désenchantement, chaos...) La tempête achevée, le calme n'a plus le mêm goût mais le souvenir demeure.

L'ivresse à venir, présente et passée est matérialisée par des oeuvres tantôt instinctives, tantôt complexes, parfois lyriques et étourdissantes, suivez la courbe! Photographies (Allora & Calzadilla), installations (El Anatsui), sculptures (Dario Escobar), vidéo (Xavier Veilhan) et œuvres sur papier (Erik Van Lieshout) illustreront, parmi d’autres artistes, ces différents temps et avatars de l’ivresse.En proposant une vision contemporaine des chemins qui mènent à l’ivresse, l'exposition se fait l'écho artistique et visuel du travail d'alchimiste perpétué par Guerlain depuis l'époque de Musset, tout en évoquant la vague sensorielle et enivrante que peut-être l'expérience d'un parfum.

gilbert george-burning souls malick sidibe - regardez-moi 1962

 

Exposition au 68 avenue des Champs Elysées. Du 19 octobre au 14 novembre 2011. Commissariat: Caroline Messensee. Assistée de Lorraine Audric.

Plus dans cette catégorie: « The Shoe Issue Fashion East »

Laissez un commentaire

Credits: Website powered by Livod - Logo by Pulse Communication - Copyright © 2008 - 2019 Tendance Sociale.