Samedi, 20 Février 2010 16:55

Fuckin’ thesis!

Écrit par  Emilie Coutant

Just fuck da fashion & media theory tonight.. A l’honneur: la thèse ! Cette p***** de thèse,  sorcière de l’esprit,  maîtresse exigeante, source de doute, et d’incompréhension (Qui m’a poussé à m’inscrire?…Personne?…j’comprends pas alors).  Se lancer dans une thèse c’est accepter d’affronter autant de moments d’incertitudes qui vont se succéder pendant des années : la culpabilité de ne pas assez travailler, l’omniprésence du sujet jour après jour, le plan refait, défait, construit, déconstruit, reconstruit, pensé 1000 fois -et finalement piège de l’inspiration-, l’angoisse de la page blanche, de l’écran vide, de toutes ces idées qu’on ne peut pas exprimer..ouf ! Je reprends une bouffée d’air,  je lis,  je m’inspire,  je respire,  j’essayé d’expirer mais…blocage ! Le noeud : et on le sent jusque dans le ventre, le corps tenu dans l’angoisse du thésard ! Je suis atteint d’une maladie rare: le syndrome du doctorant.

 

Jeu thèse

Bien sur il y a le statut étudiant, le choix des horaires de travail, la culture, la réflexion, et cette vie d’éternel adolescent qui se prolonge et dure…dure…dure… Mais ça c’est le bon coté des choses, ou plutôt la jolie représentation du doctorant que se font les autres : l’image du chercheur qui a le temps de lire, de réfléchir, d’écrire…comme si c’était si simple. Et si seulement ça pouvait l’être…

Pourtant l’un des points  positif d’une thèse c’est le soutien incontestable que nos proches, ami-e-s, familles et collègues nous manifestent.  Sans leurs encouragements permanents, ça ferait longtemps qu’on aurait épuisé nos propres ressources de motivation, tant la consommation est forte.  (J’en profite pour remercier les miens de ce soutien) Mais c’est sans compter les multiples obstacles qui se présentent sur le chemin vers la soutenance…les articles, les interventions, les obligations pro, le quotidien, la vie de tout le monde en somme, mais avec ce questionnement permanent…c’est quoi le titre déjà?

ThésardeThésard 1 Thésard 2

 Dessins de Clémentine,  http://unethesedansunpotcrayons.blogspot.com

Wikipédia m’avait pourtant prévenu : « un doctorant est un chercheur débutant s’engageant, sous la supervision d’un directeur de thèse, dans un projet de recherche sur une durée variable » Quand on pense à tous ceux qui y consacrent, 5, 6, 7 voire 8 ans, ce dernier mot fait doucement sourire. Quant à l’engagement on en mesure toute l’importance quand on entame cette dernière phase, celle où l’on doit rendre des comptes, passer à l’attaque, réunir les ingrédients et  déballer le morceau longuement marché et remaché. Ce moment où il faut mettre en place l’écriture, prendre du recul, réfléchir à  tout ce qu’on vient de voir pendant toutes ces années, replonger dans les entretiens, relire les notes, digérer les bibliographies, et aussi se rappeler les expos, les colloques, les rencontres, les conversations, les échanges. La difficulté est double puisqu’il faut véritablement « accoucher » de toute cette aventure : emparé à la fois par le doute et la nostalgie d’une période de recherche plus « dynamique », il faut affronter ses peurs adolescentes, s’assagir et se concentrer pour laisser venir ce savoir caché, méconnu qui ne demande qu’à être exprimé et partagé.

Et quand tout ça s’achèvera ? Qu’est ce qu’il se passera ? Il parait qu’à la question « Et ta thèse tu la finis quand ? » se succède la question « Et ta recherche d’emploi ça avance ? » Gosh darnit ! A quoi ça sert de faire Bac+8 ? Et tous mes rêves d’enfant ? Et le statut mythique de prof de fac ? La presse, en tout cas, ne tarit pas d’éloge sur le thésard et son avenir de chercheur (http://www.liberation.fr/tribune/010197029-thesard-une-vie-de-loser – http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/08/pres-de-50-000-precaires-dans-l-enseignement-superieur-et-la-recherche_1302911_3224.html) , j’ai bien peur qu’il faille encore ajouter des cordes à son arc, et que Wikipédia aille une nouvelle fois raison : ce n’est que le début. Termine ta thèse et bienvenue dans la vie adulte !

(A tous mes potes thésards, doctorants ou post-doctorants (eh oui on ne s’arrête jamais !):

* Des gens comme vous qui parlent de nous, et pendant dix minutes on se dit « C’est ça ! ….C’est exactement ça ! » :http://www.arteradio.com/son.html?3642 « Ma thèse et moi  » (bande son de Nicolas Ruffault)

*Sur le principe je raconte ma Vie De Merde, régalez vous avec les perles de : http://www.thesedemerde.fr/

Sans oublier les dessins d’Idezel, illustrations fidèles de nos fantasmes les plus fous :http://idezelblogbd.canalblog.com/archives/pause_detente_pour_thesard/index.html)

Et si vraiment vous en avez marre que l’on vous pose la question, adoptez le badge:

Badge

Plus dans cette catégorie: « We are animals Blood next door »

Laissez un commentaire

Credits: Website powered by Livod - Logo by Pulse Communication - Copyright © 2008 - 2019 Tendance Sociale.